Le Groupement d’experts intergouvernementaux sur l’évolution du climat (GIEC) prévoit que le seuil de 1,5% C sera franchi entre 2030 et 2052. Plusieurs conséquences sont maintenant connues dont une augmentation de +3% de température, une hausse de 26 cm à 77 cm du niveau de la mer et des pertes considérables en matière de biodiversité, sans parler des réfugiés climatiques des territoires submergés. Notre génération ne pourra pas dire qu’elle ne savait pas, d’autant plus que l’intensité des catastrophes naturelles dans le monde ne cesse d’augmenter.

La France et de nombreuses villes ont déjà souscrit à des mesures fortes de précaution et ont engagés des changements de profonds de politique pour limiter la hausse du réchauffement à 1,5% C. La Métropole Toulonnaise est très exposée par son climat et par sa façade maritime. Pourtant elle affiche un retard considérable tant en matière de gestion du foncier, des modes de transport, d’isolation des bâtiments, de gestion des déchets, de plan alimentaire, de circuits courts et de transition énergétique. Il est pourtant de notre responsabilité d’élus d’anticiper pour préserver la sécurité de nos concitoyens face à cette menace considérable.

Ma question sera la suivante. Comment envisagez vous de faire face à une augmentation du niveau de la mer prévisible dans 12 ans sur nos côtes? Comment allez vous réduire l’impact carbone des déplacements dans les mêmes délais? Envisagez vous un gel des terres dans le prochain PLU pour préserver la perméabilité des sols et réduire l’urbanisation des surfaces? Comment allez vous végétaliser la ville et mieux isoler les bâtiments pour nous préserver de la canicule? Enfin, au vue des risques, n’est ce pas le moment de réunir l’ensemble des acteurs et des experts de notre ville pour mesurer les conséquences de ce changement climatique, pour se fixer des priorités et pour inciter chaque citoyen à devenir un acteur de la réduction du changement climatique?