Monsieur le Député Maire,

Le 25 octobre 2014, je vous adressais un courrier relatif à la situation du Val des Rougières et plus largement de la politique municipale d’intégration. Ce courrier traduisait notre inquiétude devant la fin de l’activité de l’association AACS, l’absence de mixité sociale au sein de l’école Excelsior, les tensions observées régulièrement avec une jeunesse désœuvrée et les conséquences d’un urbanisme qui cloisonne ce quartier.

Depuis, les agressions terroristes à l’égard de la rédaction de Charlie hebdo et du magasin Hyper Casher ont montré la détermination d’individus à détruire nos valeurs républicaines. La réponse fut à la hauteur de l’événement. Les rassemblements des forces politiques et des millions de citoyens à l’international, en France et à Hyères ont écrit les plus belles pages de l’histoire de notre pays.

Cet élan républicain qui a submergé la France le 11 janvier 2015, nous impose à nous, élus locaux, de répondre à la question : qu’allons nous faire maintenant dans notre ville pour éviter que cette barbarie ne se reproduise?

Je vous propose en tant que premier magistrat que vous réunissiez les forces politiques, religieuses, éducatives, policières, associatives autour du thème « vivre ensemble », pour établir un diagnostic local et mettre en œuvre des actions concrètes, simples et mesurables pour les Hyérois.

Cette réunion doit permettre de revisiter les symboles de la République (Drapeau, Marseillaise, Valeurs) et de leur donner du sens au quotidien, celui d’un engagement citoyen.

Notre ville doit investir dans la jeunesse, en proposant des activités, des formations, pour rapprocher les générations et décloisonner les quartiers. Cette jeunesse française doit participer à la vie politique, associative, syndicale de la ville en mettant en avant des leaders qui peuvent inspirer et influencer les comportements.

Enfin, nous insistons pour que les services publics soient exemplaires et fermes dans l’application des principes laïcs, dans la diffusion des valeurs de la république, le respect, la tolérance et qu’ils soient intransigeants face aux menaces et à la violence.

Dans l’attente de vous lire, nous vous prions de croire, Monsieur le Député Maire, à l’expression de nos meilleurs sentiments.

William Seemuller