Samedi après samedi la violence et la haine s’expriment au grand jour. Une nouvelle étape a été franchie hier, par des slogans haineux, insupportables à l’égard des fonctionnaires de police.
De quoi sera fait demain? Nous sommes inquiets.
Nous sommes loin d’un mouvement pacifiste qui voulait porter une revendication de justice.
La destruction des commerces, le pillage des magasins, les voitures brûlées sont insupportables. Ils touchent en premier lieu les plus modestes, les employés, les ouvriers, les artisans, les commerçants, ceux qui aujourd’hui ne savent pas comment s’en sortir après la destruction de leur outil de travail.
Les casseurs et les extrêmes ont pris le pouvoir. Il faut que cela s’arrête et que ceux qui ont encore un peu de lucidité, trouvent des formes pacifiques et républicaines de s’exprimer.