Monsieur le Maire,

Nous ouvrons notre discussion budgétaire dans un contexte douloureux. Nous avons salué l’esprit de sacrifice du lieutenant colonel Beltrame, et au nom de notre groupe, nous voudrions saluer également l’ensemble des forces de sécurité, de police et de justice qui mènent depuis plusieurs années une lutte sans merci contre le terrorisme.

La Police municipale Hyeroise y prend sa part. Elle est présente sur le terrain et bénéficie de notre soutien total. Nous souhaitons que la ville continue de la doter des moyens nécessaires à l’accomplissement de ses missions.

Le budget primitif 2018 est l’expression du débat d’orientation qui s’est tenu le 23 février 2018. C’est une année budgétaire exceptionnelle qui voit la conjonction de 3 phénomènes : conjoncture nationale favorable, retour au 2,6% de déficit, recettes fiscales locales importantes, 17 millions € liées aux augmentations d’impôts de 2015 et de 2016 et produit des cessions d’actifs pour 17 millions €. Nous y ajoutons l’absence d’endettement et des dépenses générales et courantes contraintes.

Qu’allez vous faire de ces recettes exceptionnelles? Quelles sont vos priorités?

Allez vous les rendre en partie aux hyerois? Nous le souhaiterions mais la baisse d’impôt ne sera pas de -2,5% comme annoncée. Elle sera en fait proche de 0%. En effet, les bases d’imposition augmentent de 1,2% et la taxe Gemapi s’élèvera à 60€/hyerois. Il n’y aura donc pas de coup de pouce pour le pouvoir d’achat des hyerois, cette année. C’est regrettable.

Vous poursuivez l’aménagement de la ville et des fractions, c’est nécessaire et utile pour rendre la ville attractive. L’amélioration de la voirie, des réseaux, des éclairages, l’entretien du bâti étaient plus que nécessaire. Ces travaux méritent d’être planifiés sur plusieurs années. Comme nous vous l’avions demandé, cela devrait aller de paire avec l’aménagement de logements accessibles en centre ville et à la Gare pour accueillir une population nouvelle. Ne faut il pas profiter de cette bonne situation financière pour investir durablement et fortement dans les projets de rénovation urbaine des secteurs sensibles?

Ces travaux nécessaires en centre ville créent une vraie difficulté pour les commerces et l’artisanat. Nous vous demandons donc un soutien fort qui pourrait prendre la forme de stationnement gratuit ou d’aides à la trésorerie.

Le budget d’investissement prévoit la poursuite des travaux de prévention des inondations, c’est une très bonne chose. Une question, à partir de quand ces travaux seront ils financés par la taxe GEMAPI?

Enfin nous nous inquiétons de voir le coût de certains investissements dériver, +2,2 millions € pour la place Clemenceau et +2,7 millions € pour la promenade de front de mer. Cela devient préoccupant?

Au vu du budget, nous regrettons l’absence d’ambition dans trois domaines.

L’innovation administrative : face à la concentration des pouvoirs de la Métropole, nous proposons une décentralisation de l’action publique dans les fractions avec la création de maison des services publics, prévues par la loi, pour rapprocher nos concitoyens de l’administration. Pourquoi ne pas commencer une expérimentation en 2018, à Giens, aux Salins et au Val des Rougieres?

Le budget social reste le parent pauvre de votre politique. Le CCAS verra son budget de 5,6 millions € croître de 0%, malgré des demandes en constante augmentation. Le budget des caisses des écoles baisse de 3%. Les NAP disparaissent et les sommes ne semblent pas affectés à de nouveaux postes. Enfin, les emplois d’avenir voient leur budget fondre de 0,4 à 0,1 millions € et pourtant le besoin est là. Au vu des difficultés d’une partie de la jeunesse, j’ai envie de vous dire, combien une structure comme Jausier nous manque.

Enfin face au changement climatique inexorable, et à l’exception du prochain éco quartier de la Crestade, notre ville n’assure pas son leadership d’une ville durable et son adaptation à ce changement. Nous vous poserons deux questions orales en fin de conseil dans ce sens : une relative à un projet alimentaire de territoire et l’autre pour repenser le tri et la valorisation des déchets. Est il besoin de souligner qu’avec 3 véhicules électriques, un Plan de Déplacement Urbain qui oublie Hyeres, 60 m2 de panneaux solaires sur les mêmes bâtiments publics depuis 2012, notre commune se laisse distancer largement par des villes qui se réinventent, qui innovent et qui créent des emplois?

Nous écouterons avec attention vos réponses et nous espérons être entendus.

William Seemuller