Durant ces derniers jours, nous étions sur le terrain, auprès des Hyérois, des volontaires et des services publics pour faire face aux dégâts, à l’angoisse et à la peur que génèrent ces inondations.

Notre pensée va en priorité aux familles endeuillées. Nous apportons notre soutien à tous ceux qui ont été atteints par les dégâts matériels parfois pour la troisième fois cette année. Nous pensons également aux professionnels dont l’outil de travail a été affecté voire détruit. La solidarité nationale doit s’exercer.

Enfin nous saluons le courage, le dévouement, l’esprit de solidarité qui s’est manifesté face au drame. Grâce au travail remarquable des services publics, des volontaires et de chacun, des vies ont été épargnées et un accompagnement a été mis en œuvre.

Au-delà du drame qui se répète pour la troisième fois cette année, nous avons la nécessité de comprendre. Changement climatique ou pas, il y a des évidences : rendre des terrains inondables constructibles, bétonner sans prévoir des équipements adaptés, reporter les travaux nécessaires, l’entretien des rives, multiplier à l’infini les contraintes administratives, considérer la nature comme un paysage et non pas comme une force dominante a des conséquences malheureusement tragiques .

Nombre de nos concitoyens payent aujourd’hui un lourd tribut dû à une gestion foncière à court terme, basée sur le seul profit. Ils vivent aujourd’hui, dans la peur et dans l’angoisse du lendemain.

Lors de l’élaboration du prochain PLU nous veillerons scrupuleusement à ce que toutes les conséquences de ces évènements répétitifs en soient tirées.