Notre pays traverse une crise grave qui révèle au grand jour des situations douloureuses. Dans une mondialisation débridée, et depuis plusieurs décennies, notre système a créé des travailleurs pauvres, des retraités en souffrance, une jeunesse qui coure de stage en intérim. Ces situations sont inacceptables. Le Président de la République souhaite, après avoir annoncé des premières mesures à hauteur de 10 milliards €, qu’un grand débat national s’instaure sur tout le territoire.

Dans ce moment, nous pensons qu’il faut dépasser les intérêts partisans et s’engager à trouver des solutions. Elles ne viendront pas toutes de l’Etat, certaines relèvent de notre responsabilité locale. C’est dans cet esprit qu’à votre demande, nous avons rencontré une délégation de gilets jaunes. Nous les avions déjà rencontrés sur le rond point, au début du mouvement.

Nous devons aller à l’essentiel, ainsi nous vous proposons les pistes locales suivantes :

  1. Cahier de doléances : ouverture en Mairie des cahiers de doléances. Cette initiative prise par les Maires ruraux permet à chaque citoyen de faire remonter une ou plusieurs idées nouvelles pour améliorer par exemple le fonctionnement de l’Etat et des collectivités locales. Ces cahiers devront être transmis au Préfet.
  2. Démocratie : cette crise a révélé le fossé entre les élus de la République et une partie de la population. Pour redonner le sens de l’intérêt général et répondre à ce besoin d’investir la vie de la cité, nous proposons plusieurs initiatives : a) la mise en place de budgets participatifs comme au Pradet, b) la mise à disposition de salles de réunion aux groupes représentés au conseil municipal comme à la Garde, c) le budget 2019 devrait être plus lisible dans sa présentation pour permettre à chacun de connaître les priorités, les moyens et donc l’usage fait des impôts locaux.
  3. Choisir une structure d’accueil et un numéro vert, via des associations et le soutien du CCAS, pour aider à la résolution de cas individuels difficiles, comme le CLIC du coudon au Revest. Nous avons noté, lors de la rencontre avec la délégation des Gilets Jaunes, la méconnaissance des circuits administratifs et des aides. Cette structure devrait permettre de résoudre des situations difficiles.
  4. Dans les appels d’offres, nous demandons de privilégier les critères sociaux et environnementaux et de minorer l’impact du seul critère du prix. Nous avions déjà attirer votre attention sur l’importance des marchés publics (50millions €) pour le tissu économique local. Pourquoi ne pas dresser un bilan social et environnemental des marchés passés et regarder ensemble, comment améliorer leur impact sur le tissu économique local?
  5. Logements accessibles : les prix de l’immobilier rendent très difficiles la recherche de logements accessibles sur la commune. Nous avions évoqué la création d’un Office Foncier Solidaire (OFS) avec la Caisse des dépôts pour alléger le coût foncier du logement et réduire le prix d’achat ou de location. Nous demandons la création d’un OFS à Hyères.
  6. Terres agricoles : beaucoup de terres agricoles sont laissées en jachère parfois pour des raisons spéculatives. La commune se doit en priorité d’acquérir les friches et les louer à de jeunes agriculteurs ou de créer des jardins partagés avec le soutien du lycée agricole.