Il y a 50 ans Madame Marceline Henry disparaissait. Elle avait, trois ans auparavant, confié à l’Etat avec le soutien d’André Malraux le soin de prolonger son œuvre, l’objet de toute son énergie, la protection de Port Cros.

Aujourd’hui par la volonté du législateur, notre ville est appelée à ratifier la Charte et à étendre la zone d’influence du Parc National.

Nous n’hésiterons pas et nous n’ouvrirons pas de débat inutile. Nous savons que plusieurs communes calculent, pèsent, hésitent avant de signer. C’est leur choix et un risque pour leur avenir. Nous aurions aimé que le Président de l’Agglomération soit plus clair et plus ambitieux pour la Charte, d’autant plus que demain, il exercera la compétence touristique et foncière.

Pour nous, c’est le sens de notre histoire et un incontestable atout touristique et politique. Nous voterons cette délibération des deux mains.

Je voudrais ajouter à ce vote, deux vœux

Le premier serait de marquer symboliquement ce vote par la décision de nommer du nom d’André Malraux, le quai de pierre de Port Cros et d’y apposer une plaque. Ce grand homme, courageux et visionnaire, a marqué notre ville d’une passion, d’un drame et de la création du premier Parc National marin. Si Port Cros a été protégé, c’est par sa volonté. N’est il pas venu le moment de le remercier?

Le deuxième, ce serait avec l’administration du Parc, la ville et l’agglomération de se fixer pour objectif de réouvrir au plus tard dans 10 ans l’école de Port Cros.

Idée surprenante, mais sans école, il n’y a pas de vie.

Malraux disait : »l’espoir des hommes, c’est leur raison de vivre et de mourir »

Or Port Cros a besoin de vivre. Cet hiver, dans l’île il y avait plus de sangliers que de Port Crosiens. Nous avons procédé depuis le début de l’année à 3 enterrements et à un mariage. L’île perd sa population et meurt lentement. Les responsables du parc n’habitent plus dans l’île et les commerces ferment d’octobre à avril.

Le moment n’est il pas venu avec la signature de la charte de faire converger l’esprit de Madame Marceline Henry, d’André Malraux avec les moyens de l’Etat et des collectivités. N’est ce pas cela la charte?

Nous pouvons vous proposer des idées simples qui permettraient de relancer la vie à Port Cros.

Nous pourrions par exemple inviter les villageois à participer à la protection de l’île avec les agents du Parc. Nous pourrions obliger les gardes du Parc à venir s’installer dans l’île avec leur famille et de faire de Port Cros un site d’exemplarité en matière de développement durable, de transition énergétique et de bio diversité. Nous pourrions installer de nouvelles familles qui en accord avec le conservatoire pourraient servir de guide/jardinier toute l’année et qui prépareraient la succession du dernier Pecheur (83 ans).

Ile durable par essence, Port Cros, pourrait être le partenaire idéal d’universités, d’associations ou d’entreprises pour accueillir des colloques et des séjours toute l’année et démontrer par sa gestion la faisabilité d’un développement harmonieux du tourisme et le respect de l’environnement.

Dans cette esprit, nous pourrions renforcer les échanges entre les services des Mairies et du Parc comme par exemple avec l’office du tourisme pour unir les efforts et mieux comprendre les attentes nouvelles des touristes. Nous pourrions enfin renforcer les liens entre les Iles et promouvoir non seulement des événements mais aussi des liaisons régulières entre les trois Iles, toute l’année.

Les idées ne manquent pas. Alors travaillons ensemble, Mairie, Parc, habitants, commerçants à cette belle ambition, réouvrir au plus tard dans 10 ans l’école de Port Cros.