Dans son édition du 15 Décembre, Var Matin a publié un article intitulé :

« 2012-2015: la Région PACA au bord de la faillite »

Cécile MUSCHOTTI, qui fut la tête de liste pour le Var sur la liste PS aux élections régionales de Décembre 2015,et qui suit pour l’UDESR 83 les questions régionales, a proposé à l’UDESR 83, qui l’a fait sien, le communiqué ci-dessous.

Ça sent le sapin à la Région Paca, mais pour qui ?

Le président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Christian Estrosi, dénoncerait, suite à un audit financier qu’il aurait commandé auprès d’un « cabinet indépendant », les dérives financières de la présidence de Michel Vauzelle.

Les termes évoqués par la presse, issus de l’audit précité, insultent le bilan de monsieur Vauzelle : « investissements hasardeux », « plus de 2,5 milliards de dette » ; ils exigent que quelques vérités soient dites :

Il y a deux mois, près de 600 agents régionaux ont manifesté contre la gestion de monsieur Estrosi qui met à la casse leurs acquis sociaux ; les revendications étaient éclairantes sur la manière de faire des économies : «On supprime les postes, la qualité baisse et après il dira : maintenant privatisons. ».

En effet, l’objectif annoncé par le nouvel exécutif de supprimer 150 postes est en voie d’être atteint ;

Dans le même temps, la Région baisse les budgets des lycées, de la formation professionnelle, et met à mal le « Pass culture », la « carte Zou » et les subventions aux associations, notamment, lorsque celles-ci interviennent auprès de migrants ..;

L’attaque contre la SNCF, aux fins de privatiser les transports, ne trompe personne et, au motif d’obtenir la régularité dans la circulation des TER, la Région accompagne la suppression des effectifs de cheminots et se rengorge de pouvoir, d’ici peu, supprimer les contrôleurs.

Toutefois, pour les frais de bouche, il n’est plus question d’économie[i] !

Et puisque les mensonges ne valent que pour ceux qui les énoncent, rappelons que :

au cours des trois mandats du président Vauzelle, aucun des nombreux contrôles de la Chambre régionale des comptes n’a, d’une manière ou d’une autre, pointé des investissements « hasardeux » ;

revenant en février 2016 d’un voyage à Bruxelles, monsieur Estrosi s’est vanté d’être « parvenu à décrocher plus de 250 millions d’euros de fonds européens », et qu’il a été démenti par la Commission européenne, certifiant, à l’opposé, qu’il a quitté la Belgique sans un euro supplémentaire ;

que cette même Commission européenne a fait part de « sa satisfaction vis-à-vis du progrès actuel, à savoir un niveau de programmation de 16%, qui est en ligne avec la moyenne des régions françaises » mais que ce satisfecit vaut pour l’équipe précédente qui engagé la nouvelle campagne de financements européens, pour cinq ans.

Lorsqu’on est capable de quitter Bruxelles en affirmant que l’on rapporte 250 millions pour la Région alors que c’est grâce à votre prédécesseur que la Région pourra en bénéficier, peut-on donner crédit à votre récente affirmation sur « l’aggravation de l’endettement de la collectivité » ? ;

·

Rappelons enfin que le 8 décembre 2016, dans le cadre de la venue de François Hollande à Marseille, 56 millions ont été ajoutés par l’Etat aux 826 millions d’euro accordés à la Région au titre du contrat de plan Etat-Région. Alors, monsieur Estrosi, dites-vous toujours que l’Etat est défaillant ?

Pour finir, il nous est revenu à l’esprit cette phrase que vous prononciez à l’issue des résultats des élections régionales , le 14 décembre 2015, en vous adressant à l’ensemble de la gauche :

« Président de la région, je ne trahirai pas ces idéaux républicains que nous avons en partage ».

On a bien compris, monsieur Estrosi, ce n’était qu’un mensonge,

Un de plus, car nos idéaux, ceux des salariés de la collectivité, ceux de nos concitoyens, vous les trahissez tous les jours.

Cécile Muschotti

(16 décembre 2016)

N.B. : Monsieur Vauzelle n’a pas souhaité apporter de commentaires à l’audit financier communiqué par monsieur Estrosi car il ne disposait pas, hier encore, de l’audit dans son intégralité.

[i] Voir le Canard Enchaîné, 29/09/2016- Extraits : «Le président Christian Estrosi se gaverait sur les deniers régionaux. « Cet été, il a fait voter une copieuse enveloppe de frais de bouche, [..] 26 000 euros. » Cette somme, plutôt 27 000 euros selon nos calculs, a effectivement été actée par l’assemblée régionale le 13 juillet dernier. (…) Quoiqu’il en soit, c’est donc une hausse prévisionnelle de 33% des frais de bouche à laquelle Christian Estrosi a finalement procédé pour sa première année de mandat. Quand on annonce la rigueur au sein de l’administration régionale, ce genre de symboles peut faire tâche. »